Manifestation le 4 avril contre la nouvelle Réforme de Kiné

Coordination nationale des Étudiants et anciens Étudiants en prépa kiné CNEPK

 

Communiqué coordination prépa Kine 16 03 15_Web

Vous voudrez bien trouver ci-dessous et ci-joint une communication de la Coordination nationale des Étudiants et anciens Étudiants en Prépa Kiné qui appellent à une manifestation le 4 avril prochain contre la suppression de la filière d’accès PCB aux instituts de formation en masse-kinésithérapie, à la rentrée 2016.

  • Les 8 000 étudiants actuellement en prépa kiné souhaitent la garantie que le concours ne sera pas supprimé en 2016 comme l’indique la lettre de cadrage du 9 décembre, ce qui leur interdirait de redoubler en cas d’échec cette année. Ils demandent a minima des mesures de transition ;
  • Les anciens étudiants observent que l’universitarisation annoncée (passage prioritaire par la première année commune aux études de santé -PACES- et, dans une moindre mesure, les STAPS ou les sciences) va aboutir :

– à l’entrée dans le métier de ”médecins-collés” qui n’avaient pas la kinésithérapie pour vocation ;

– à la recrudescence du recours à des formations dans l’Union européenne. Cela aboutira, au retour des étudiants, à un déséquilibre du numerus clausus et donc de la profession ; en 2014, le numerus clausus était de 2 564.

Ils demandent enfin une concertation sur la réforme de l’accès à la formation et de la formation au métier de masseur-kinésithérapeute, et le maintien d’une filière d’accès à la profession par choix direct.

« Aujourd’hui nous sommes plus soucieux de notre futur métier que d’une « universitarisation » qui n’est pas notre priorité. Sous prétexte d’égalité, on voudrait tous nous faire passer par la fac, dans des filières déjà en manque de moyens et saturées alors que beaucoup de ceux qui réussissent via la PACES font eux-mêmes une prépa privée en même temps. Et la plupart sort des plus grands lycées, mais ne sont pas forcément intéressés par le métier de kiné. 

Et si on raisonne à plus long terme, les jeunes Français motivés uniquement par notre profession, qui seront recalés en PACES ou en STAPS, se tourneront naturellement vers les écoles d’autres pays de l’Union européenne et déséquilibreront le système du numerus clausus qui garantit la profession. »

Lien pour la pétition

Laisser un commentaire